Actualité du Département Anthropologie/Sociologie de la Faculté d’Ethnologie de l’Université d’Etat d’Haiti

Soutenance de mémoire de Marie-Tama Lémy

Le vendredi 26 mai 2017, 11h:00, Marie-Tama Lémy, étudiante en 4ème Année du Département Anthropologie/Sociologie, promotion 2013/2017, a soutenu son mémoire, à l’auditorium de la Faculté d’Ethnologie de l’UEH.

Composition du Jury :

Le jury de mémoire était composé de :

  • Dr Edelyn Dorismond (Professeur à l’Université d’Etat D’Haïti), président
  • Dr Laennec Hurbon (Directeur de recherche, CNRS), lecteur critique
  • Dr Lewis Ampidu Clorméus (Professeur à l’Université d’Etat D’Haïti), Directeur de mémoire.

Thème de recherche :

L’islam en Haïti

Sujet :

Le soufisme au centre spirituel au centre spirituel Allahou-Akbar a Carrefour-Feuilles : image d’un islam créole entre le religieux et le spirituel

L’étudiante Marie-Tama Lémy est une des 6 bénéficiaires d’allocations de recherche du laboratoire LADIREP (financées sur la subvention annuelle accordée par la FOKAL). Ce Programme de LADIREP, visant à augmenter le taux de diplomation du Département Anthropologie/Sociologie et à encourager les étudiants à soutenir leur mémoire dès la fin du cycle d’études, s’inscrit dans le cadre des démarches dudit département et du Décanat de la Faculté d’Ethnologie, dirigés respectivement par Dr Odonel Pierre-Louis et le Professeur Jean Yves Blot.

A l’issue de la soutenance, l’étudiante Marie-Tama Lémy a eu la note 95 sur 100 et la mention « Excellent ».

Résumé du mémoire:

Malgré la présence de certains éléments témoignant l’existence d’un héritage islamique dans la culture haïtienne, la religion musulmane avait concrètement disparu du panorama religieux haïtien depuis l’époque coloniale pour n’y réapparaître qu’en 1986, avec Pierre Max Dubuisson, un ancien pasteur qui s’est converti à l’islam au Canada et qui en devient le premier Imam en Haïti. Sur le plan statistique, bien que minoritaire (0,02% de la population religieuse haïtienne), cette religion existe sur plus d’une forme en Haïti de nos jours. Mais cette diversité au sein de l’islam n’est pas qu’une affaire d’école. Il y va aussi d’une question de dimension dans la compréhension de l’écriture coranique et par conséquent, de son application. C’est ainsi que l’islam exotérique se tient à une observation à la lettre du Coran, et l’islam ésotérique (soufisme), tout en reconnaissant le sens premier des paroles coraniques en font toutefois une lecture plus profonde et leur procure un sens universel. Alors qu’exotéristes et ésotéristes se réclament tous de l’islam, les seconds sont toujours pointés du doigt comme n’étant pas vraiment des musulmans. Ce problème est une réalité à l’intérieure même de l’Islam et s’offre à nous en Haïti à travers le Centre Spirituel Allahu-Akbar, à Carrefour-Feuille. Cette communauté, pratiquant un islam plutôt intérieur, spirituel, développe une forme de religiosité très proche de la réalité culturelle haïtienne.

Mots clés : islam, soufisme, Haïti, religion et spiritualité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *